05 mai 2009

Que penser de la grippe A ?

Grippe_H1N1Alors que le président Felipe Calderon  a annoncé avec fierté  avant-hier que le Mexique a passé la plus dure période d'extension de la grippe A/H1N1 avec un bilan s'élevant à 700 cas répertoriés et 26 décès, que la France est officiellement touchée avec quatre cas avérés et huit cas suspects, que le Royaume-Uni a fait savoir qu'ils avaient  9 nouvelles personnes malades dont 7 n'avaient jamais mis les pieds en terre mexicaine, et que des cas de grippe A sont confirmés dans 20 pays , la question qui se pose et celle-ci doit-on avoir peur d'une grave pandémie pour les prochains jours, les prochaines semaines ou les prochains mois ?

N'étant pas un médecin et encore moins un scientifique je suis bien obligé, comme la plupart des humains, de prendre les informations là où elles se trouvent, c'est à dire dans les journaux, auprès des agences de presse. Et depuis lors la presse mondiale a diffusée une quantité impressionnante de nouvelles toutes plus dramatiques les unes par rapport aux autres,du moins durant les trois premières 72 heures de l'alerte de l'OMS et comme si la grippe avait elle aussi "fait" le pont du 1er mai, la même chose mais en sens inverse, essayant de minimiser l'importance du phénomène.

Il y a de quoi être stupéfait !

Certes, les médecins spécialistes des questions épidémiques, virologues, immunologistes, etc, se sont tous prêtés de bonne foi a la propagation des bonnes nouvelles qui consistent à dire que la grippe A/H1N1 semble être beaucoup moins redoutable que ce que l'on disait, que les cas n'étaient que bénins et qu'enfin les autorités avaient la situation bien en main, que des barrières efficaces avaient dès le début été posée pour empêcher la vilaine grippe de pénétrer plus avant en Europe et particulièrement en France, toutefois quand on écoute bien et que l'on regarde bien, des questions restent en suspend.

Comme par exemple le fait que dix jours après que l'Organisation Mondiale de la Santé ait lancée sa première alerte, les arrivées aériennes provenant du Mexique ne soient pas encore réellement filtrées ( reportages de RTL et d'Europe 1 hier matin ), que les agents de sécurité, le personnel au sol s'occupant des passagers descendus des avions nous arrivant des pays les plus touchés n'ait pas encore de masques et de gants. C'est seulement dix jours après la première alerte que le ministère de l'Intérieur qui pilote la coordination des services en période pandémique 5 nous annonce que à compter de ce matin, mardi 5 mai, les appareils arrivants du Mexique atterriront à Roissy dans une zone spéciale.Et c'est  seulement aujourd'hui  qu'a débuté une campagne d'information auprès du grand public sur la maladie...

 

Lundi après midi l'Union Régionale des Médecins d'Ile-de-France par la voix de son président, le docteur Frédéric Prudhomme tirait une sonnette d'alarme : " On est au dixième jour d'alerte. Nous sommes en alerte 5 sur 6 et un certain nombre de nos confrères médecins, infirmièr(e)s ou kinés n'ont toujours pas de masque et ne savent pas comment s'en procurer " et de dénoncer le manque de entre l'État et les médecins libéraux.

Il ne s'agit évidemment pas de faire peur mais de permettre à la population de se préserver au mieux. La grippe A/H1N1 est peut-être moins redoutable pour l'instant. Pour terminer laissons la parole au Bruno Lina, directeur du centre de référence de la grippe pour le sud de la France qui au  déclare : " À la lumière de ces nouvelles informations, le virus H1N1 n'apparaît pas posséder de facteurs de virulence particuliers. Mais c'est une analyse faite sur un virus aujourd'hui. Les choses peuvent changer dans les semaines à venir "

Sages paroles

Posté par LDCI à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur Que penser de la grippe A ?

Nouveau commentaire