17 mai 2009

Le dernier mot

Chev_nementQuelle déception ce Jean-Pierre Chevènement ! Le président du MRC a jeudi prononcé ses vœux pour les élections européennes du 7 juin prochain. Il est surprenant ! Non seulement je trouve cet appel assez troublant de la part d'un élu et militant républicain de toujours mais je le trouve ridicule. Avec des arguments du genre de ceux évoqués par l'ancien ministre de Mitterrand, tel celui de la non existence d'un peuple européen (ce qui est vrai) ou encore celui de l'adoption honteuse par nos députés et sénateurs de la ratification du traité de Lisbonne, il appelle au vote blanc ou nul ! .Ces divers arguments, que vous pouvez lire dans le communiqué du MRC ,sont tout au contraire des piqures de rappel fait à ceux qui aujourd'hui encore estiment que le peuple français a son mot à dire dans ce grand cirque qu'est l'Union européenne pour qu'ils apportent leurs voix aux nombreux candidats qui refusent obstinément le système politique dans lequel les tenants de l'Europe de Bruxelles veulent nous enfermer.

Plus précisément, l'attitude déplorable du sénateur de Belfort est la continuité de la chute de celui qui fut "mon" candidat lors de l'élection présidentielle de 2002. Oui, la défaite fut terrible, humiliante et cruelle. D'autant plus que le second tour fut une véritable parodie de régime totalitaire entre deux personnages qui n'avaient qu'à se jouer du peuple. On avait alors eu guère le choix. Depuis lors, Jean-Pierre Chevènement poursuit inexorablement une descente aux enfers qu'il aurait pu aisément stopper cette année dans l'optique d'un combat républicain renouvelé à l'occasion de ces européennes. Mais, pour cela, il est vrai qu'il aurait été mieux de laisser les susceptibilités de côté et d'accepter de faire quelques concessions.

Le parti de Jean-Pierre Chevènement a refusé de rejoindre le Front de gauche mis en place par Jean-Luc Mélenchon, le PCF et quelques autres officiellement parce que le projet européen proposé n'est pas à 100% compatble MRC. Bien entendu, les objectifs mis en avant par cette coalition ne sont pas franchement celles que Jean-Pierre Chevènement avançaient il y a sept ans. Pour autant, n'y avait-il pas un moyen de s'entendre ? Un appel au vote citoyen qui va au delà des clivages n'était-il pas possible ?

Et puis, il n'y a pas que le Front de gauche... des candidats républicains existent aussi  ailleurs, évidemment ils se situent un peu plus à droite sur l'échiquier politique. Mais justement, c'est cette "cassure" qui avait motivé mon ralliement au "ché" Comtois dès 2001 et ses discours enflammés (notamment celui de Vincennes) qui étaient clairement celui d'un homme qui franchit le Rubicon avaient alors provoqués bien des espoirs sur les fameuses deux rives que l'on pensaient alors trop éloignées pour se rejoindre. Malheureusement, Jean-Pierre Chevènement a fait une marche arrière monumentale et il a signé ainsi la fin d'une  carrière politique exceptionnelle et, effectivement, les deux rives ne se voient plus qu'avec une longue vue...

2002, c'était donc votre dernier mot Jean-Pierre ? 

Posté par LDCI à 00:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur Le dernier mot

Nouveau commentaire