04 juin 2009

Après Barnier, Moscovici ose nous dire que l’Europe a besoin de la Turquie !

MoscoviciPar Cyrano, Riposte laïque  , le 2 juin 2009

Les duettistes de l’UMP et du PS continuent à nous chanter de concert les charmes de l’Union européenne à la sauce turque. Après Michel Barnier, qui nous expliquait qu’il n’y avait aucun problème pour que la Turquie rentre dans l’Union européenne (1), Moscovici, spécialiste des questions européennes au Parti socialiste, va encore plus loin, dans un article paru dans "Le Monde" : OUI NOUS AVONS BESOIN DE LA TURQUIE EN EUROPE (2) ! Après tout, pourquoi se gêneraient-ils ? Ils ont méprisé, avec la complicité des Verts et du Modem, le vote des Français, il y a 4 ans. Si aujourd’hui on faisait un référendum sur l’entrée de la Turquie dans l’UE, 90 % des électeurs de notre pays la refuseraient, parce qu’ils ne veulent pas renforcer le poids de l’islam en Europe.

Peu importe aux européistes, ils ont décrété que l’Europe devait continuer à s’élargir, et que la Turquie islamiste devait en faire partie. Si le peuple n’est pas d’accord, c’est qu’il est, au choix (rappelez-vous les épithètes flatteuses dont nous avons été qualifiés en 2005 par les responsables politiques et les députés des 4 partis euro-béats) idiot, trop inculte pour être capable de décider des choses importantes ou xénophobe… Cela tombe bien, ils nous ont déjà collé douze pays issus du bloc de l’Est, favorables aux États-Unis, dont le président, Obama, qui milite ouvertement pour l’entrée de la Turquie dans l’Europe (de quoi se mêle-t-il ?) sera ravi de la tribune de Moscovici.

Ce socialiste, comme Barnier, ose même s’appuyer sur la laïcité pour justifier cette adhésion. Quel culot ! Certes, l’armée demeure le dernier rempart d’une ré-islamisation totale de la société turque, détruisant l’oeuvre de Mustapha Kemal. Mais Moscovici sait-il qu’aujourd’hui, ce pays de 72 millions d’habitants est peuplé de 90 % de musulmans, et que le nombre de femmes se recouvrant les cheveux est passé de 64 % en 2003 à 69,4 % en 2007 ? Sait-il que dans la Turquie d’Erdogan, il y a davantage de mosquées que d’écoles laïques, et davantage d’imams que de docteurs ? Sait-il qu’il y a un hôpital pour 60.000 personnes, mais une mosquée pour 350 habitants ?

Est-ce d’ailleurs un hasard si un sondage paru dans le journal « La Croix » confirme nos craintes, car il démontre l’intolérance de la grande majorité des Turcs vis-à-vis des valeurs occidentales, et notamment du droit à la critique des religions et de l’égalité hommes-femmes ?(3).

Moscovici connaît-il les paroles de paix et de tolérance d’Erdogan, qui n’a jamais caché sa volonté de conquête guerrière, au nom de l’islam : « les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats. » ? Sait-il qu’Erdogan récuse le terme d’islam modéré, affirmant que pour lui, "l’islam est l’islam, et voilà tout". Sait-il que le gouvernement turc a exigé des excuses au premier ministre danois, pour avoir autorisé la publication des caricatures du prophète ? Sait-il qu’il a qualifié ces dessins de "crime contre l’humanité" ?

Sans aucun scrupule, donc, les européistes n’hésitent pas à vouloir islamiser davantage encore une Union européenne déjà forte de 22 millions de musulmans (dont 6 millions en France). Ils ne font qu’apporter de l’eau au moulin de Kadhafi, qui promettait à ses fidèles que l’Europe serait un jour musulmane (4).

Le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, s’exclamait, béât : « Grâce à l’islam, Dieu est de retour en Europe ! ». Il devrait pourtant être au courant du sort réservé aux chrétiens, dans de nombreux pays au monde où les musulmans sont majoritaires, et où l’islam est religion d’Etat.

Pendant que Barnier et Moscovici déroulent le tapis rouge à la Turquie pour mieux islamiser l’Europe, dans notre pays, les disciples de la "religion de paix et d’amour" nous ont gratifié de deux nouvelles revendications.

Les carrés musulmans ne leur suffisent plus, ils réclament à présent des cimetières exclusivement musulmans, il leur serait paraît-il impossible d’être enterrés à côté de juifs ou d’athées (5).

Dans la foulée, nous apprenons la naissance du premier syndicat d’entrepreneurs musulmans (6). A quand un syndicat des travailleurs musulmans ?

Après l’invasion du voile et des burqas dans l’espace public, après la multiplication de constructions de mosquées, après l’islamisation de quartiers où on ne trouve plus que des produits compatibles avec les règles de la charia, après les pressions à l’hôpital, et bien d’autres revendications communautaristes, pourquoi se gêneraient-ils ?

Il faut être aujourd’hui aveugle pour ne pas se rendre compte que l’islam est parti à la conquête de l’Europe. Il faut être candide pour ne pas voir que les musulmans progressistes, comme Mohamed Sifaoui, Kebir Jbil ou Pascal Hilout, n’ont pas le vent en poupe. Il faut faire la politique de l’autruche pour ne pas voir le communautarisme qui progresse, la haine de la laïcité, de la République et de la France, qui est inculquée au biberon chez de plus en plus de jeunes nés en France.

Bat Yeor, dans son ouvrage « Eurabia », explique parfaitement la stratégie qui se met en place (7) : la conquête de l’Europe, en misant sur l’immigration et la démographie, avec la complicité de nombreux gouvernements, pour y imposer la charia, et transformer les non-musulmans en dhimmis, même si cela doit prendre du temps.

Il faut que le discours de ceux qui, à l’instar de Geert Wilders, Ayaan Hirsi Ali, Taslima Nasreen, Wafa Sultan, Pat Condell, dénoncent avec des mots sans ambiguïté le fasciste islamiste, soit massivement entendu. Il faut interpeller les gouvernements de pleutres, de lâches, qui laissent l’islam continuer à progresser, en France et en Europe.

Seul un réveil des populations, endormis par les discours culpabilisateurs et anesthésiants de nos élites, peut aujourd’hui permettre de sauver les valeurs universelles qui existent en Occident : la démocratie, la liberté de conscience, la liberté d’expression, l’égalité hommes-femmes, le droit à la libre critique de tous les dogmes, de toutes les religions, la laïcité, bien sûr… tout ce qu’un projet totalitaire, l’islam, veut anéantir.

En attendant, faisons payer à Barnier et à Moscovici, à l’UMP et au PS, la forfaiture qu’ils se préparent à commettre, au lendemain des élections.

(1) http://www.ripostelaique.com/Michel-Barnier-ne-voit-aucun.html

(2) http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/06/01/oui-nous-avons-besoin-de-la-turquie-en-europe-par-pierre-moscovici-et-pierre-weill_1200774_3232.html

(3) http://www.la-croix.com/afp.static/pages/090531105604.7ipximnf.htm

(4) http://www.youtube.com/watch ?v=N1VeWzTZ8qo

(5) http://www.leparisien.fr/societe/il-veut-un-cimetiere-musulman-30-05-2009-531353.php

(6) http://www.bivouac-id.com/2009/05/29/islamisation-de-la-france-les-syndicats-sy-mettent/

(7) http://www.ripostelaique.com/Eurabia-l-axe-euro-arabe-de-Bat-Ye.html

Posté par LDCI à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur Après Barnier, Moscovici ose nous dire que l’Europe a besoin de la Turquie !

Nouveau commentaire