16 août 2009

UMP: Après De Villiers, Nihous

 

nihous2Par le Le Journal du Dimanche le 13 Août 2009

Frédéric Nihous, président de Chasse Pêche Nature et Traditions (CPNT), envisage, à l'image de Philippe de Villiers, un rapprochement avec l'UMP en vue des régionales de 2010.

Frédéric Nihous, Philippe de Villiers, même combat. Les ex-alliés européens des élections de juin, alors réunis sous la bannière Libertas, envisagent désormais, séparément, une alliance avec l'UMP. Objectif: exister lors des régionales de 2010. Le souverainiste l'a annoncé la semaine dernière dans Ouest-France, le patron de Chasse Pêche Nature et Traditions (CPNT) se livre, lui, dans Le Figaro jeudi. "Les discussions [avec l'UMP] sont en cours. J'ai rencontré Xavier Bertrand en juillet. On a prévu de se revoir en septembre", précise-t-il, avant d'expliciter son ambition: "CPNT est prêt à devenir un partenaire de l'UMP sur la base d'un accord programmatique gagnant-gagnant." Ce "partenariat" sera étudié lors d'une réunion de la direction de CPNT en septembre, puis lors d'un Conseil national en octobre.

"Nous nous sommes longtemps tenus à l'écart des partis politiques classiques (…) jusqu'en 2004, on a pu afficher cette ligne et avoir des élus aux différentes élections", se rappelle l'ancien candidat à la présidentielle de 2007, "mais depuis, les modes de scrutin ont changé et ils sont défavorables aux petites formations comme la nôtre. On se prend claque sur claque aux élections. Il faut donc savoir dire stop". Et d'ajouter: "En ralliant l'UMP, nous ne renions pas nos convictions." Le président de CPNT reconnaît tout de même avoir "tendu la main à tout le monde". "Le PS ne veut pas discuter avec nous. Seule l'UMP nous propose des choses. Dont acte", explique-t-il.

De Villiers critiqué

Lors des élections européennes de juin dernier, CPNT, allié au Mouvement pour la France (MPF), avait rassemblé 4,80% des suffrages. Tout comme Frédéric Nihous, Philippe de Villiers avait jugé ce résultat décevant, justifiant donc lui aussi sa décision de rallier l'UMP – et le comité de liaison de la majorité à la rentrée – par le fait qu'il sera "plus facile de faire entendre la voix du MPF" au sein de la majorité qu'à l'extérieur. "La preuve a été apportée aux élections européennes que la voix du MPF n'étaient pas entendue comme elle devrait l'être", avait-il analysé dans les colonnes du Parisien.

Mais au sein du MPF, la décision du souverainiste a été mal vécue. Dans Libération le 1er août dernier, le coordinateur national du parti, Roger Foinels, estimait ainsi que l'initiative de Philippe de Villiers n'engageait que lui. Dans les rangs souverainistes, nombreux s'interrogent en effet sur le rapprochement avec un parti tant décrié il y a quelques semaines encore. Et ce d'autant plus que le sujet n'a pas fait l'objet d'un vote au sein du bureau. Mais le porte-parole du MPF, Patrick Louis, a recadré ses troupes dans le Journal du Dimanche: "L’initiative de Philippe de Villiers engage au contraire tout le MPF." Philippe de Villiers s'est, lui, justifié. "Je ne veux pas que mes divergences avec l'UMP fassent le jeu de notre ennemi commun, la gauche", a-t-il expliqué au JDD, estimant qu'il ne s'était "plus attaqué" à Nicolas Sarkozy depuis qu'il a été élu président. Il est des souvenirs qui arrangent.

Posté par LDCI à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur UMP: Après De Villiers, Nihous

Nouveau commentaire