31 août 2009

Une pétition qui pose des questions incontournables à toute la société française

Lesdessousduvoile_15Par Cyrano, Riposte laïque , le 24 août 2009

Cela fait quelques jours que notre journal a relayé la pétition impulsée par Annie Sugier, Anne Zelensky et Pierre Cassen, intitulée : « Halte à la burqa et au voile, symboles de la soumission des femmes et de l’offensive islamiste ».

http://www.ripostelaique.com/Halte-a-la-burqa-et-au-voile.html

Il est bien sûr bien trop tôt pour en tirer, en plein d’août, un premier bilan. Malgré tout, la lecture des premières signatures peut nous donner quelques éclairages intéressants. Il est d’abord significatif que les signataires sont d’une grande diversité, politique et sociale. On y rencontre des responsables politiques de tous les partis, droite et gauche réunis, de beaucoup d’organisations syndicales et d’associations (nous savons que certains militants, tout en se disant d’accord avec notre texte, hésitent à le signer, par crainte d’une stigmatisation interne). On y lit les noms de chefs d’entreprise et de syndicalistes, d’universitaires et de cheminots.

Il est aussi très visible que l’impact de cette pétition dépasse la France. Elle est relayée par des signataires venant d’Iran, d’Algérie, d’Egypte, de Suède, d’Australie, du Canada, de Suisse, de Belgique… preuve que, sur la laïcité, l’attitude de la France est regardée, souvent avec espoir, dans le monde entier, et notamment dans les théocraties religieuses, et dans les pays qui acceptent le communautarisme et le multiculturalisme, pour le plus grand bonheur des islamistes. C’est pourquoi nous proposons, cette semaine, une version anglaise du texte de nos trois amis.

http://www.ripostelaique.com/Stop-the-burqa-and-the-veil.html

Par ailleurs, nous sommes conscients, à travers les nombreuses réactions que nous recevons (voir courrier des lecteurs) que ce texte interpelle la société française, et notre modèle laïque, sur un ensemble de questions.

L’islam est-elle une religion comme les autres ? La voile n’est-il qu’un symbole religieux ? La laïcité s’arrête-t-elle à l’école, et dans l’administration ? Vouloir interdire le voile par la loi est-il possible ? N’est-il pas trop tard ?

Faut-il traiter, en 2009, l’islam comme les autres religions ?

Dernièrement, un débat intéressant a vu le jour, dans notre journal, grâce au philosophe Henri Pena Ruiz, qui nous a reproché, vivement, de nous cristalliser essentiellement sur l’islam. (1) Un de nos lecteurs, Benoit Drouot, a expliqué, la semaine dernière, pourquoi le « tout se vaut » n’est pas adapté à la situation de 2009. (2) Certes, nous savons que les religions sont rarement facteurs de paix, et souvent sources de guerres de fanatiques. Nous connaissons le discours réactionnaire des extrémistes catholiques, des intégristes juifs, des créationnistes ou de certaines sectes. Nous n’avons pas oublié la férocité du combat de nos ancêtres pour imposer à l’Eglise catholique la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Mais aujourd’hui, est-ce le catholicisme qui multiplie les attentats sanglants, partout dans le monde ? Est-ce lui qui draine des foules fanatisées, hurlant leur haine de l’occident ? Est-ce lui qui voile les femmes, et les lapide ? Est-ce lui qui persécute les homosexuels ? Est-ce lui qui incite à tuer tous les juifs ? Est-ce lui qui est porteur d’un projet sociétal où religion et politique ne font qu’un, et où l’apostat est passible de mort ? Y a-t-il, aujourd’hui, dans le monde, et en Europe, une autre religion au nom de laquelle on justifie des attentats-suicide, et la culture de la mort ?

Le voile n’est-il qu’un symbole religieux ?

Souvent, nos contradicteurs nous reprochent notre tolérance supposée pour la cornette de la bonne sœur, opposable à notre « intransigeance suspecte » à l’encontre du voile islamiste. Annie Sugier avait, lors de l’affaire Truchelut, amené une première réponse à ce débat. (3) Radu Stoenescu avait exprimé l’insulte faite aux hommes par cette tenue. (4) Mais au-delà, comment ne pas remarquer que dès qu’ils arrivent au pouvoir, les islamistes imposent cette tenue à toutes les femmes, les Iraniennes en ont fait rapidement l’expérience. Comment expliquer, alors qu’il n’y avait guère de voiles, en France, dans les années 1990, la vigueur de sa progression ? Ce n’est pas un simple bout de tissu, comme le disent ses défenseurs, il incarne bien l’uniforme d’une offensive politico-religieuse marquant le refus de l’intégration et des valeurs universelles, et la soumission aux seules lois religieuses, contre celles de la République.

La laïcité s’arrête-t-elle à l’école, et à l’administration ?

Les poursuites judiciaires engagées contre la propriétaire du gîte des Vosges, ayant demandé à deux femmes de retirer leur voile dans les parties communes de son gîte, ont fait, sur cette question, éclater le camp laïque. Nous avons entendu, chez ceux qui condamnaient l’attitude de Fanny Truchelut, la crainte d’une conception liberticide de la laïcité, digne de celle des anciens pays soviétiques. Nous avons également noté une définition étonnante de la rue, considérée comme sphère privée, contrairement à l’école et à l’administration, qualifiées de sphère publique. Nous avons aussi lu que le combat laïque, en 2009, devait s’arrêter aux portes de l’école, et au simple respect de la loi du 15 mars 2004. Nous avons aussi découvert avec consternation les propos d’une philosophe laïque, justifiant le voile à l’université, parce que celles qui le portent sont adultes ! Ce texte a suscité la réponse cinglante, dans nos colonnes, de l’avocat laïque André Vianès. (5) Nous avons été témoins des limites de cette conception, dans un débat télévisé où Marc Blondel, président de la Libre Pensée, et Catherine Kintzler, philosophe laïque, n’ont jamais attaqué Tariq Ramadan sur les fondements de son discours, ce qu’avait commenté Guylain Chevrier. (6)

Vouloir interdire le voile par la loi est-il possible ?

De nombreux lecteurs, et des militants, nous ont fait part de leurs inquiétudes, quant à l’application d’une telle loi, si elle était décidée. Nous avons déjà entendu ces arguments, lors du vote pour une loi contre les signes religieux à l’école. Or, seules quelques centaines d’élèves ont choisi de vouloir imposer leur voile à la rentrée scolaire 2004, s’excluant elles-mêmes du circuit scolaire classique.

Pourquoi les fumeurs, à qui on demande d’aller griller leur cigarette sur le trottoir, obéiraient-ils à des lois qui bouleversent leurs habitudes, et pas des religieux ?

A quoi cela aura-t-il servi que des pionniers comme Mustafa Kemal en Turquie, Bourguiba en Tunisie, aient réussi à imposer durablement à cette interdiction, et ainsi permis à des millions de femmes de sortir de l’emprise obscurantiste dans laquelle la religion les enfermait, si aujourd’hui dans un pays démocratique comme la France, on laisse sans réagir s’installer dans l’espace public un tel signe de soumission, alors même que c’est bien l’espace public qui est principalement visé par cette offensive ?

Mais ne faudrait-il pas poser la question autrement. Quelles seront les conséquences, inéluctables, de la non-interdiction du voile ? Il n’est que de constater la progression du voile en Egypte où 80% des femmes sont maintenant voilées. Le journaliste Bernard Roman, dans Marianne, posait la question, il y a un an, concluant que les avantages de l’interdiction étaient plus importants que les inconvénients. (7)

A-t-on envie, au nom de la liberté et d’une conception molle de la laïcité, de voir des fillettes voilées dans notre pays ? Veut-on que dans certains quartiers, ne pas porter le voile mette en danger celles qui refusent l’ordre religieux ? Serions-nous indifférents à ce que la Halde gagne sa bataille, et que sur nos lieux de travail, cette tenue se développe ? A-t-on envie de voir, comme en Belgique, des députées voilées ? Sommes-nous prêts à voir des Cohn-Bendit, des Buffet ou des Besancenot nous présenter, aux prochaines élections régionales, des candidates voilées ? Devons-nous nous résigner à perdre la neutralité de la rue, et à voir l’islam imposer son marquage sexiste à l’ensemble de la société ? Faudra-t-il rester cloîtré chez soi pour ne plus être agressé par le vue d’un voile, intégral, ou pas ?

N’est-il pas trop tard ?

La multiplication des voiles dans l’espace publique n’a rien de spontané. Témoin l’ampleur du phénomène et son apparition simultanée dans des pays où il était en voie de régression comme le Maghreb, que dans des pays où il n’était qu’exceptionnel comme la France ou dans de nombreux pays européens. Le style même du voile révèle souvent un modèle importé des pays du Golfe.

Le voile et la burqa ne sont que les faces visibles de l’iceberg. Peut-on éviter de faire le rapprochement entre les conditions dans lesquelles s’est développée l’immigration, en France, depuis plus de trente ans, les difficultés économiques croissantes à la fois pour ceux qui se s’étaient déjà bien intégrés et pour les nouveaux venus ; la création de ghettos et des poches de chômage désastreuses favorables à la propagande des vendeurs de rêve que sont les islamistes ; la transformation de certains quartiers qui deviennent de plus en plus souvent des enclaves d’islamistes... N’est-il pas légitime de s’inquiéter, de l’abandon dans lequel on laisse ces populations, soumises aux pressions de toutes sortes qui ne vont faire que progresser, et forcément remettre en cause les équilibres permettant le « vivre ensemble ».

L’objectif poursuivi par ceux dont le voile est un porte drapeau n’est pas d’améliorer le sort des populations immigrées mais bien de les maintenir dans leur état de sous-développement, pour prendre le pouvoir. Les propos du premier député musulman (8), en Grande-Bretagne, annonçant que les musulmans seront bientôt majoritaires au Parlement, les paroles de Youssouf Al Qaradawi, chef de la fatwa en Europe, rapportées par Saliha Ibersiene (9) doivent nous ouvrir les yeux : il y a une véritable stratégie de conquête, en Europe, et donc en France, de la part des franges les plus radicalisées de l’islam. Cela est-il inéluctable ? Oui, si la politique qui est menée depuis trente ans, en France, n’est pas infléchie de manière spectaculaire. Non, si se manifeste enfin une véritable volonté de respecter les règles de la laïcité permettant d’inverser la tendance.

Une prise de conscience nécessaire

Un Français sur trois a un grand-parent issu de l’immigration. Ces enfants de la République savent ce qu’ils doivent à notre modèle, et ils sont reconnaissants à notre pays d’avoir su accueillir leur famille. Mais ils ne supportent plus le rejet des valeurs dont la France est porteuse, la délinquance juvénile, l’offensive de l’islam, et l’arrogance de ses représentants.

Longtemps, le politiquement correct médiatique a empêché toute critique, voire toute évocation, de la montée de l’islam, assimilant cela à du racisme. Les polémiques sur les caricatures de Mahomet, les fatwas sur des personnalités du monde politique ou littéraire, la déferlante de la jeunesse de Téhéran contre un régime théocratique qui donnait des leçons de droit de l’homme au monde occidental, sont autant d’éléments qui commencent à ouvrir les yeux de la presse.

Une pétition faite pour lancer un vrai débat

Nous vous recommandons la lecture de quatre textes, écrits par Maurice Vidal, Anne Zélensky, Hervé Boyer et Benoit Drouot (10), qui se veulent un argumentaire visant à convaincre les hésitants et les sceptiques de signer notre pétition.

En effet, les vraies questions auxquelles notre pays doit faire face, sont devant nous. Nous ne prétendons pas que la pétition impulsée par nos trois amis va tout résoudre. Mais en la signant massivement, vous pouvez contribuer à ce qu’un débat nécessaire soit posé sur les conditions du respect de la laïcité par l’islam en France, comme elles ont été posées dans le passé aux autres religions, et à ce que la mission parlementaire, présidée par André Gérin, élargisse ses réflexions sur le projet de société que cache le voile intégral.

N’est-ce pas urgent ?

(1) http://www.ripostelaique.com/Aux-responsables-de-Riposte-Laique.html

(2) http://www.ripostelaique.com/Au-nom-de-quoi-en-2009-devrais-je.html

(3) http://www.ripostelaique.com/Le-voile-d-une-religieuse-est-il.html

(4) http://www.ripostelaique.com/Le-voile-des-femmes-une-insulte.html

(5) http://www.ripostelaique.com/Catherine-Kintzler-et-l-universite.html

(6) http://www.ripostelaique.com/Marc-Blondel-et-Catherine-Kintzler.html

(7) http://www.marianne2.fr/Pourquoi-ne-pas-interdire-le-voile-dans-les-lieux-publics_a89300.html

(8) http://www.youtube.com/watch ?v=vpq7TtMEBFA&eurl=http%3A%2F%2Fwww%2Efdesouche%2Ecom%2F&feature=player_embedded

(9) http://www.youtube.com/watch ?v=2gAmMCHeJCY

(10) http://www.ripostelaique.com/Ni-burqa-ni-voile-voila-ce-que.html

http://www.ripostelaique.com/A-ceux-qui-s-interrogent-sur-notre.html

http://www.ripostelaique.com/Argumentaire-pour-un-lecteur-qui.html

http://www.ripostelaique.com/A-ceux-qui-evoquent-la-liberte.html

Posté par LDCI à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Une pétition qui pose des questions incontournables à toute la société française

Nouveau commentaire